Cularis, retour sur un ancien (part 1)

Le Cularis de multiplex n’est pas une nouveauté 2011, ce grand planeur mousse de 2m60 a été conçu pour les pilotes utilisant l’easy glider et souhaitant passer à l’étape au dessus avec un planeur voilier, quadroflaps, mais aussi à l’esthétique plus flatteuse et proche d’un modèle grandeur.

Le modèle d’origine (selon les forums, essais et autres blogs internet) souffre de défauts importants. En vrac et ce n’est pas exhaustif !

Rigidité insuffisante de la cellule, connexion électrique des servos d’ailes peu fiable, verrouillage des ailes perfectible, comportement à basse vitesse, voltige limitée, motorisation origine faiblarde, difficulté de montage d’un moteur puissant etc et tout cela pour un prix élevé.

Bref pas vraiment engageant tout cela. Peut être arrive t’on ici aux limites technologiques de la mousse. Un aile mousse ne sera jamais aussi rigide qu’une aile coffrée. Eflite avec sa technique Carbon Z résout le problème avec moult longerons tubulaires ou plats, mais ceci n’est possible que si le profil le permet. L’allongement important du Cularis (ce qui fait son élégance) comme l’épaisseur de son profil d’aile ne facilite pas la tache.

Néanmoins, c’est quand même le plus grand planeur mousse du marché, cela vaut peut être la peine de se pencher dessus.

Ce planeur n’est pas destiné aux débutants, aussi cet article sera volontairement concentré sur les modifications apportées. A noter que le commercial MPX conseille l’acquisition du modèle construit prêt a voler .. Mais ici on aime la difficulté et améliorer un modèle est plus passionnant que se contenter de sortir une carte bleue !

In the box

la boite fournie par Millenium est la version planeur, pas de motorisation mais la structure du modèle et son accastillage. Tout est emballé proprement dans de nombreux sachets. Il y a profusion de pièces plastiques en abs. A noter que l’emballage fait office de chantier de montage des ailes mais ne pourra pas vraiment protéger le modèle fini, il manque 15cm au carton.

Certains modélistes on rendu les saumons ajustables ainsi que la dérive de manière a tout rentrer dans la boite (cf web).

Montage

Pour ce modèle on s’adresse à des modélistes avertis, donc je détaillerais pas l’assemblage, la notice est très bien réalisée. Suivez là pas a pas.

Prévoyez moult cyanoacrylate et accélérateur. J’utilise la colle Zacki et le Fill Up de MPX,  avec l’accélérateur Graupner en aérosol très pratique. La notice est complète, rédigée par un modéliste et agrémentée de nombreuses illustrations.  Pensez a assouplir les charnières mousse en les manœuvrant à 180°.

Modifications importantes (essentielles) :

Rigidification du fuselage par un tube carbone de 10mm et 640mm de long inséré dans un ½ fuselage après usinage de la mousse. Il est placé entre le renvoi de profondeur (47) et la nervure centrale (45). Bêtement je n’ai pris qu’une photo du montage et je l’ai perdue ! Difficile maintenant de réouvrir le fuseau pour un cliché…

Le collage doit être sérieux, j’ai utilisé la Zacki fluide et le « fill up »  pour combler les espaces éventuels. Un truc, le fill up est un genre de micro-ballon qui peut être remplacé par du bicarbonate de soude… . A noter que si vous achetez du bicarbonate en petit conditionnement Mr Zacki est moins cher !

Attention, si vous utilisez le combo millenium, insérez une bille d’acier dans l’extrémité du fuselage pour faciliter l’équilibrage.

Renforcement du dièdre :

Réalisation d’une clé en cap de 7 ou mieux de 8mm ramené à 7,5mm (par meulage) de longueur 300mm. Simple dièdre de 6,5°. Elle s’insère dans les longerons carbone avant et traverse la nervure centrale. A noter que les tourillons bois (36) sont de diamètre trop élevé et font éclater les tubes ! Réduisez leur diamètre et à coller seulement dans les longerons arrières.

Modification des connexions électriques d’ailes :

nouveau montage au cas ou les connexions seraient défaillantes

Cela partait d’une bonne idée, pouvoir monter le planeur et ses 4 servos sans connecter les servos au récepteur un par un. Mais la solution choisie par MPX est difficile a faire fonctionner correctement, au 2eme vol, j’avais un servo de volet qui avait un faux contact. Donc, a défaut d’utiliser les prises MPX vertes 6 contacts, on conserve le collage des prises dans la nervure centrale mais on ne colle pas les prises (contact femelle) des rallonges servo dans l’aile, on usine la pièce 40 et on branchera manuellement les 2 prises. On aura pris soin de laisser un peu de mou (4cm) pour les rallonges de servo.

montage origine

Verrouillages stab et ailes :


Le principe des verrouillage avec ergots est intéressant mais la réalisation est imparfaite, j’ai du insérer des « ressorts » constitué de mousse pour m’assurer du verrouillage. J’ai un gros doute sur la solidité des ergots et tétons plastiques du stab par exemple.

Renforcement du support moteur :

Les pièces 55 sont trop courtes, on les remplace par un contreplaqué de 2mm qui se prolonge jusqu’au bâti moteur plastique. Ne pas obturer les ouvertures de refroidissement.

10 joncs de carbone de 1,5mm et 100mm de long sont insérés dans le nez après affutage. L’objectif est de limiter la torsion du fuselage au démarrage.

Motorisation :

500w… le but est de monter vite, haut et fort. Le moteur choisi est un Emax et après contrôle des courants sera équipé d’en 14×9,5 Graupner en 3S soit 50A. Après essais, on peut limiter le courant à 40A avec une hélice moins onéreuse (et moins rigide) de 14×8 dans les 2 cas, rien a craindre coté moteur ou esc.

500w dans le museau et pas de problème de rigidité après renforts

Réglages et mesures atelier

On se contentera des réglages proposés par MPX

Centrage à 74mm, comme indiqué par notice

Motorisation Millenium :

  • 12×6 (hélice mpx) : 260W
  • 14×8 (graupner cam): 400W
  • 14×9,5 (graupner carbone): + 500W (config de vol voir article part 2)

masses :

  • Ailes : 620gr
  • Fuselage avec clé acier (150gr) + stabilisateur : 1000gr
  • Accu 3S 2100/2400mah : 210 à 250 gr

Total prêt à voler : de 1790 à 1850 gr selon accu

Synthèse (part 1)

Points +

  • Le plus grand modèle en mouse qui ressemble à un planeur ! un peu cher quand meme.
  • Quadroflaps
  • Élégance du modèle comme de la déco fournie
  • Qualité des accessoires, notice, adhésifs
  • Fonctionnalités intéressantes (clips ailes, stab, branchements servos..)
  • Masse faible même après les modifs et la motorisation choisie

Points –

  • Montage long
  • Ajustage moyen des mousses (saumons, dérive, cache clés, intrados)
  • Renforts jonc fibre apparents (face extérieure du fuselage et couleur beige !)
  • Tringlerie direction apparente ! C’était compliqué de la poser dans le fuselage avant fermeture ?
  • Vieillissement des pièces ABS ? Résistance au froid ?
  • Cône d’hélice plastique cheap comparé à Graupner
  • Nervure centrale trop souple

bientot la suite en vol, des a present, je peux vous annoncer que ce planeur DEVIENT une reussite !

je vole plus vite que je n’ecris…

Bons vols

MD

Rappel de la méthode de Test MD pour MilleniumRc :

La part 1 du test porte sur la construction du modèle en suivant scrupuleusement les indications du fabricant. Si je remarque une aberration dans l’assemblage ou une erreur manifeste, j’effectue les modifs indispensables qui vous sont alors signifiées dans l’article.

La part 2 porte sur les premiers essais en vol, sur l’eau, les rigolos diront sous l’eau ou sous terre… dans les conditions météo du moment. je publierai un tableau de synthèse point positifs, points négatifs à l’issue des premiers vols et des premières impressions.

La part 3 est rédigée bien plus tard quand le modèle a évolué dans différentes conditions météo, est passé dans plusieurs mains et a volé une vingtaine d’heures. On vous fera remonter notre expérience terrain. J’en profiterai pour vous faire part de toutes les modifications visant à fiabiliser -si besoin était- le modèle.  Cette dernière partie  présentera un tableau de synthèse mis à jour.

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :