L’astir de Telink (part 1 construction)

Voilà un modèle original, conçu et produit par Telink dont vous connaissez certainement les produits célèbres avec la toro 900 ou la Swift. Ici l’Astir est un moto planeur de 130 gr, incidence variable comme le vieil Axel ou le plus récent Crobe, en EPP  pylône rétractile automatique en plus !

In the box

Dans la poche plutôt, de la mousse découpée au fil, du carbone (longeron, renfort fuselage) des pièces epoxy (supports clé d’aile) et des accessoires avec corde à piano, domino électrique etc. L’axe de rotation des ailes est guidé par 2 plaques rondes en epoxy deja collées en place, pas d’excuses pour un mauvais equerrage !

3 versions disponibles :

  • planeur seul
  • planeur + motorisation
  • planeur + motorisation + esc + accu lipo 2S 200mah

reste votre récepteur et 2 servos classe 8-10gr de qualité (pas de neutre baladeur) pour compléter le lot. A noter qu’une pignonnerie métal n’est pas nécessaire de par l’inertie ridicule des ailes. Jetez un oeil a l’article « précision des servos  » et vous trouverez votre bonheur. Pour ma part j’utilise les fls 890 ou emax08 avec grande satisfaction.

Montage

La notice illustrée est complète, une histoire sans paroles.. notez les gabarits papier de découpe du cockpit

Ce modèle s’adresse a des modélistes capables d’un minimum de savoir faire, c’est pas un rtf chinois..

Pour les collages, cyanoacrylate standard, accélérateur, et epoxy 5min.

Pensez a creuser le nez pour avancer au maximum l’accu. Un accu de 20 à 25gr évite le plomb inutile.

Attention au câblage moteur/esc, les fils étamés du moteur ne doivent pas être raccourcis, sinon, bonjour ou bon courage pour le nouvel étamage ! Laissez les libres le long du pylône pour éviter tout point dur lors de sa rentrée.

Modifications :

Augmentez la surface de collage du tube laiton faisant office d’articulation du pylône sinon il prendra très vite du jeu. Pour cela soudez un bout de fil de cuivre par exemple (voir photo) ou placez 2 plaques de ctp, pvc etc de part et d’autre du fuselage pour renforcer l’articulation du pylone (voir photo JLL)

J’ai rendu le stab démontable avec 1 vis nylon de 3mm et un écrou a griffes noyé. J’ai également rajouté 2 cales balsa pour faciliter le centrage.

1 plat carbone pour rigidifier l’empennage.

1 jonc carbone collé sur le ba de la dérive.

1 roue ! A placer à la verticale de bord d’attaque de l’aile, dans mon cas elle est trop arrière (voir photo)

un autre type de montage propre des servos par JLB

de belles decoupes pour l’encastrement du moteur (JLB)

moteur sorti, attention a la butée qui conditionne l’angle cabreur du moteur. Ici le pylone moteur est trop piqueur, il faut du « cabreur » 5° mini (JLB)


Réglages atelier

Le cg indiqué est parfait, le basculement du pylône entraîne une variation du cg, les réglages se font pylône rentré. Un accu de 20 ou 30 gr est parfait. J’ai augmenté les débattements préconisés de 30% sans avoir un modèle pointu. Mais c’est pratique pour passer les tonneaux en indoor… mais nous verrons cela dans la 2eme partie du test.

Les masses :

2 ailes = 38 gr

Stab avec sa vis nylon = 3gr

fuselage avec motorisation, accus servos rx = 87 gr

total 140gr avec accu 350mah ou 130gr si cle en carbone et accu 240mah

Synthèse (part 1)

Points +

  • originalité du concept
  • un pylône rétractile automatique !
  • qualité des découpes et des accessoires
  • si le stab est démontable, on peut le transporter sur son vélo comme (presque) dans sa boite à gants de voiture.

Points –

  • C’est pas du RTF, mais la construction est à la portée d’un modéliste (un modéliste ce n’est pas seulement une carte bleue.. mais c’est aussi capable de bricoler de ses 10 doigts)
  •  l’emballage souple Telink mériterait a minima un raidisseur carton pour éviter toute déformation mécanique des pièces epp.

Bons vols

MD

mise à jour 02/08/2011

Tous droits réservés, textes et photos, duplication interdite sans autorisation écrite de l’auteur

Rappel de la méthode de Test MD :

La part 1 du test porte sur la construction du modèle en suivant scrupuleusement les indications du fabricant. Si je remarque une aberration dans l’assemblage ou une erreur manifeste, j’effectue les modifs indispensables qui vous sont alors signifiées dans l’article.

La part 2 porte sur les premiers essais en vol, sur l’eau, les rigolos diront sous l’eau ou sous terre… dans les conditions météo du moment. je publierai un tableau de synthèse point positifs, points négatifs à l’issue des premiers vols et des premières impressions.

La part 3 est rédigée bien plus tard quand le modèle a évolué dans différentes conditions météo, est passé dans plusieurs mains et a volé une vingtaine d’heures. On vous fera remonter notre expérience terrain. J’en profiterai pour vous faire part de toutes les modifications visant à fiabiliser -si besoin était- le modèle.  Cette dernière partie  présentera un tableau de synthèse mis à jour.

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :