Astir Telink (part 2 essais en vol)

Essais en vol

L’appareil est réglé selon la notice, débattements, centrage. Par la suite j’ai augmenté au maximum le débattement profondeur pour me sortir quelques fois de situations scabreuses, le Dual rate revient ensuite sur les réglages d’origine.

Les premiers essais ont eu lieu en salle. Un simple lancer en plané et vous traversez la salle de basket. Cela plane bien et vite (environ 25kmh). Moteur en marche , ma roue placée trop arrière ne permet pas un décollage aisé, il faut la placer à l’aplomb du ba voire 1cm plus avant si possible , l’emplacement des servos vous limitera. Attention lors des basses vitesses, le moteur ne souffle pas les gouvernes (ici les ailes) et la maniabilité devient très limitée. Respectez bien l’angle de sortie moteur sinon un couple piqueur apparaît a la sortie (le cg se déplace sur l’avant) et il faut tirer sérieusement pour grimper.

J’ai donc préféré régler le modèle en planeur seul quitte a mixer ensuite le moteur avec la profondeur pour obtenir un angle de montée raisonnable (20°). Il faut pas espérer beaucoup plus avec 20w de puissance.

Cela devient ainsi plus confortable au pilotage.

m0teur en marche et vol en salle...

Coté figures

Il passe la voltige simple aisément, le plus difficile semble la boucle a passer au moteur car il a tendance a le refermer au sommet, c’est plus facile moteur rentré… le taux de roulis est impressionnant 2 tonneaux par seconde soit 720°s.. c’est net, précis et les servos FLS80 sont parfait avec un neutre et une rapidité parfaitement adaptés a ce modèle.  La formule incidence intégrale et attaque directe des ailes donne un vol très précis, c’est vraiment remarquable. A noter que si vous tournez un tonneau plus lent, le moteur sort de son logement par gravité lors de votre passage dos.

Le vol dos nécessite une très, très forte correction (manche au tableau) ce qui le rend, pratiquement, impossible.

Pour le renversement sans dérive, il faut tricher et le résultat est aléatoire.

En vol de pente, cela donne quoi ?

Je l’ai testé sur la pente grandiose de la Madeleine en Soule par un vent de 4,5ms regulier. Pas de soucis il vole aisément et ne se fait pas chahuter, la pénétration est réelle mais l’inertie nulle ! je me suis pris a faire des piqués verticaux de 50m et a tirer comme un sauvage.. tout résiste parfaitement, la vitesse plafonne très vite et au bout de cette descente on ne réussit qu’a faire qu’une boucle… inertie zéro mais solidité a toute épreuve. Vous ne le casserez jamais en vol quelques soit les figures.

Et pour le casser « au sol » cela sera extrêmement difficile de part l’epp et l’énergie emmagasinée ridicule.

La maniabilité est tres importante tant que l’on garde de la vitesse, 10m de largeur de pente suffisent pour jouer, et si vous rajoutez 5m de dénivelé et un vent de 3m/s vous volez tout un après midi !

Et c’est bien le but de cet Astir, exploiter les micro pentes derrière chez vous.. ou simplement un mur de 2m et un vent de face laminaire de 5ms. Le moteur permet juste de prendre 5 pu 10m d’altitude pour ensuite transiter a la recherche de l’effet dynamique qui vous maintiendra en l’air. C’est presque une Alula V1 motorisée ce microbe.

Pour spiraler en thermique, des cercles de 5m de diamètre sont possibles, il réagit à la moindre ascendance et malgré l’absence de dérive, on enroule facilement.

Le seul reproche serait une plage de vitesse limitée. Sa masse de 140gr ne le fait pas beaucoup accélérer.

Quelques modifs en passant

Supprimez les 2 demis domino de verrouillage des ailes, l’ajustage serré d’origine suffit a sécuriser les ailes en plus de la connexion des cap de commande d’incidence. Vous pouvez aussi coller la cap sur une demi aile et monter (pour les inquiets) un tube de durite pour limiter l’écartement des ailes qui reste sans risque.

On pourrait rigidifier la dérive par un deuxieme jonc carbone placé au bord de fuite, car elle gigote lors des tonneaux rapides, la masse (3gr  et pourtant !)du stab n’aide pas.

Synthèse

Points +

  • originalité du concept et conception efficiente avec les renforts ou il faut et comme il faut !
  • un pylône rétractable automatique !
  • qualité des découpes et des accessoires
  • si le stab est démontable, on peut le transporter sur son vélo comme (presque) dans sa boite à gants de voiture.
  • le kit Telink comprends tous les « éléments qui vont bien », moteur, hélice, accu, esc, rien a jeter ni modifier.
  • maniabilité, voltige compacte
  • précision et rendement de l’incidence variable
  • peu exigeant, utilisable sur des micros pentes
  • solidité à toute épreuve

Points –

  • Plage de vitesse restreinte, il faut le laisser voler et ne pas espérer des accélérations foudroyantes
  • C’est pas du RTF, mais la construction est à la portée d’un modéliste (un modéliste ce n’est pas seulement une carte bleue.. mais c’est aussi capable de bricoler de ses 10 doigts)
  •  l’emballage souple Telink mériterait a minima un raidisseur carton pour éviter toute déformation mécanique des pièces epp.
  • inertie faible mais, bon, vu la masse faut pas etre trop exigeant
  • c’est de l’epp découpé et non moulé, donc les arrêtes, le grain des mousses sont bien présents
  • un peu plus de puissance moteur serait utile en particulier pour la prise d’altitude en plaine

Bons vols

MD

Tous droits reservés, textes et photos, duplication interdite sans autorisation écrite de l’auteur ©
06/2011

tout rentre dans une boite de 650mmx140x110, pour les departs en vacances difficiles de faire plus discret

Vous le croyez cela, un minipoly remorquant un Astir ?

Rappel de la méthode de Test MD :

La part 1 du test porte sur la construction du modèle en suivant scrupuleusement les indications du fabricant. Si je remarque une aberration dans l’assemblage ou un une erreur manifeste, j’effectue les modifs indispensables qui vous sont alors signifiées dans l’article.

La part 2 porte sur les premiers essais en vol, sur l’eau, les rigolos diront sous l’eau ou sous terre… dans les conditions météo du moment. je publierai un tableau de synthèse point positifs, points négatifs à l’issue des premiers vols et des premières impressions.

La part 3 est rédigée bien plus tard quand le modèle a évolué dans différentes conditions météo, est passé dans plusieurs mains et a volé une vingtaine d’heures. On vous fera remonter notre expérience terrain. J’en profiterai pour vous faire part de toutes les modifications visant à fiabiliser -si besoin était- le modèle.  Cette dernière partie  présentera un tableau de synthèse mis à jour.

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :