Tempest Telink (part 3 retour d’experience)

Apres quelques dizaines de vols par toutes conditions, la cellule entoilée partiellement a l’adhésif 50mm armé a parfaitement résisté a des atterrissages dans les arbres (bonjour Jack) ou des poireaux bien sur involontaires.

Quelques modifs et derniers réglages :

  • En version planeur pur, on peut rester aux réglages des débattements de la notice, différentiel nul, 40% expo sur la profondeur exclusivement.
  • Prevoir un dual rate sur profondeur et ailerons
  • Pour faciliter le décollage, le moteur est tractif, l’accu est placé au cg, ainsi pas de variation en cas de changement d’accu.
  • piqueur moteur de 5° mini qu’il soit tractif ou propulsif
  • limitation de la puissance moteur à 200w (18A) avec une hélice 10×4 soit autant qu’une swift ou toro . Surmotoriser la Tempest est inutile, grimper à 30° est suffisant

La structure encaisse mal la survitesse. Le fuselage la motorisation, l’accu entraîne un recentrage des masses à l’emplanture. C’est bien pour la réduction de l’inertie en bout d’aile mais cela entraîne un flutter de la partie centrale et des elevons. Difficile a expliquer mais certainement spectaculaire ! et sans risque.

Bref une petite motorisation auxiliaire et un vol par petit temps, voila le domaine de la Tempest motorisée.

Attention a ne pas se blesser lors du decollage avec le moteur en version propulsive. Je lance l’aile en plané puis j’accelere le moteur. Autre solution, je suis droitier,  je tiens l’emeteur  dans la main gauche pouce sur la profondeur, la tempest tenue par la main droit et son bord d’attaque aile droite au niveau du servo. Je la lance comme un freesbee (rotation du tronc et deroulé du bras sur 1/4 de tour) moteur a mi gaz. Plus facile a faire qu’a decrire..

Synthèse

Points +

  • originalité du modèle
  • prix raisonnable et originalité du kit
  • masse ridicule et charge alaire en conséquence
  • solidité, durabilité (epp)
  • Maniabilité, polyvalence plaine, pente, ville !
  • facilité de pilotage par temps calme
  • spectaculaire

Points –

  • Plage de vitesse restreinte, pilotage cool conseillé.. vol par petit temps dans un premier temps
  • manque des morceaux d’epp pour les caches longerons et clés
  • rigidité structure  si vol rapide (>50-70kmh)
  • renforcer les tringleries (doublage tube carbone)

Conclusion

La tempest est accessible à tous et en particulier après une Toro 900 ou une swift. Vous retrouverez la maniabilité de l’aile volante, la facilité de pilotage, la solidité de ses petites soeurs. Par contre la souplesse est là et le vol se fait plus cool. C’est un planeur motorisé plus qu’un avion. Elle est conçue pour grimper calmement et planer. Par vent nul ou très faible, on peut la faire évoluer autour de soi et l’attraper à la main aisément. En version planeur pur, en pente, elle vole lentement et calmement. Attention vent dans le dos elle a tendance à se laisser porter et par la même, etre moins manoeuvrante, accelerez-là et tout devient facile.

Un gros papillon chargé à 17 ou 20 gr/dm2..

Bons vols

MD

maj 06/11/2011

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :