Tempest lights, rencontre du 3eme type

article OUEST France edition Nord Loire page 15 27 decembre 2012

article OUEST France edition Nord Loire page 15 27 decembre 2012


Pour une fois, il ne s’agit pas d’un essai mais du descriptif d’un engin volant brillant.. Le but, concevoir un ovni lumineux de grand taille.

La base est  l’aile volante Tempest de Telink dispo chez Millenium, cherchez un peu dans ce blog et vous trouverez l’essai de la version motoplaneur. Ce grand modèle 180cm possedait une charge alaire très faible et pouvait accepter, sans trop dégrader ses qualités de vol, les centaines de diodes et toute la tripaille électrique afférente.

une video recente du 30 decembre 2014

J’avais aussi dans l’idée  de construire un « ovni » ressemblant aux « éclaireurs » du grand vaisseau spatial du film rencontre du 3eme type soit un modèle silencieux, lent, majestueux, très lumineux, clignotant, multicolore etc…

Autre contrainte :  la sécurité, pas question de perdre un modèle en vol après extinction accidentelle des feux ou cramage de l’esc..! j’aurais l’air malin si le modèle s’éteint en pleine nuit… et se pose .. quelque part..

voila mon petit cahier des charges :

  • alimentation indépendante des leds par accu lipo spécifique 3s 1500ma
  • protection de ce lipo par un avertisseur de decharge
  • centrale clignotante
  • allumage et extinction des feux en vol par RC
  • feux de sécurité (alim a partir d’un ubec spécifique connecté sur l’accu de propulsion)
  • avertisseur sonore pour l’éventuel atterrissage involontaire en nocturne.. au cas ou l’alim des leds aurait laché..
  • des fusibles rapides ! et oui, le moindre  cc et votre accu lipo est mort
  • des feux de position en « volume »
  • des centaines de leds..
  • et un modèle facile a piloter autostable .. quand même

La construction

Rassembler le matériel, des souris… oui des souris d’ordinateur dont vous recuperez les câbles électriques fins et souples (merci didier pour le tuyau). Des leds bien sur, en ruban (étanche pour l’intrados ), des clusters, des spots gu10 allegés feront l’affaire. Pour les commandes allumage en vol, on trouve un séquenceur chez hk et une centrale clignotante SXM chez graupner produit génial utilisé sur les maquettes navigantes.
L’ensemble des loupiotes et de leur câblage, alim, protections fera au final plus de 600 grammes et l’accu de 1500ma tient 30 minutes ! 947 leds cela a faim malgré tout.
Pour la motorisation silencieuse, on aura un gros moteur au kv de 700 alimenté en 3s qui tourne a faible régime une 16×8 avec 300w en entrée la Tempest lights a une pente de montée de 45° max. Correct mais, plus interessant  sont les capacités voilieres de l’aile, malgré ses 2kg, elle plane correctement. C’est bien le but, voler tous feux dehors en silence.
Autre astuce, j’ai remplacé les dérives fixes marginales par une dérive centrale commandée, les virages a plat « sur place » sont surprenants et on se prend a la piloter en 2 axes sans difficulté.

la cle arriere est rallongée et remplacée par du jonc carbone de 8

l’aile avant entoilage sillonnée de cables électriques

pour rigidifier en torsion l’aile, du jonc carbone de 2mm est entrecroisé et noyé dans l’épaisseur de l’epp. On insère ensuite de la cyano ultra fluide pour bloquer le tout.

intrados avec leds posées (intégrées dans la mousse) et entoilage oracover noir

et une dérive, une ! un reste de diablotin, surface mobile conséquente

extrados coloré, la aussi des rubans de leds rouge vert bleu etc

de jour, avec ses appendices lumineux qui portent l’envergure à 3m80 et 1m de hauteur.. bizarre

je sécurise les extensions avec les prises de connections électriques, d’une pierre 2 coups..

commande directe, chape a boule et tringle carbone

un peu trop de monde dans le fuselage, a modifier..

Implantation

l’aile est démontable en 2 parties, un fuselage a fait son apparition, il contient la motorisation, l’esc, l’accu de propulsion 3s 2700 45c/90c, le recepteur 2,4ghz, le servo de dérive.

J’ai choisi pour éviter tout ajout de plomb de concentrer le plus avant possible les commutateurs, clignoteurs, ubec, fusibles, avertisseurs et accu  « lumière » dans l’épaisseur des ailes.  La conséquence est une connectique pour la jonction des ailes pas drôle. 2x 7 pin et 2x 6 pins  + les servos, les cde clignoteurs et sequenceur sur le récepteur.

Pas un gramme n’est nécessaire pour équilibrer la bestiole. Seul l’accu de propulsion est différent quand la Tempest est utilisée de jour sans appendices et alimentation lumière, elle se contente alors d’un 3s 1800.

Les extensions parlons en, constituées de tube carbone carré (plus rigide) de 4mm avec des paquets de diodes a leurs extrémité. C’est pas si léger que cela, et cela modifie en vol le centrage car elles se courbent vers l’arrière. Or le centrage d’une aile volante est pointu, donc des essais a faire sérieusement dans toutes les configurations de vol .. de jour de préférence.

une vue des extensions verticales et marginales de l’aile droite, j’ai depuis rajouté 2 extensions verticales centrales opposées extrados et intrados

Autre souci, l’isolation de tout cela en atmosphère humide. Le vol de nuit à Nantes en hiver, c’est 90% d’humidité, tout cela se dépose sur les surfaces et se condense en grosses gouttes bien dangereuses pour nos diodes. A l’intrados rubans de diodes isolés d’origine mais lourds. néanmoins il faut cette protection tant mécanique qu’electrique pour les atterrissages. A l’extrados, j’ai choisi les rubans non isolés, légers mais fragiles, ils sont intègres dans la structure et sont recouvert de film autocollant mylar pour quand même les protéger de l’humidité.

Dans tous les cas, les rubans sont collés dans les gorges pratiquées dans le mousse, ils affleurent la surface de l’aile. L’idée est de quand même conserver le profil au maximum. C’est sensé planer, non ?

Pour en rajouter un peu plus j’ai aussi refait les bords d’attaque en ruban de diodes étanches, au total appendice compris j’en ai compté 947 et cela consomme plus de 2,5A en 12v soit 30w de leds, c’est assez visible.

1er vol de nuit, deja quelques faux contacts.. a modifier tout cela.

Et en vol ?

Premiers essais entre noel et la nouvelle année 2012 comme promis.. aux enfants, un sapin de noel volant ?

Premier problème, il faut travailler dans le noir.. pas beaucoup de lampadaires sur les terrains, après une séance de jurons pour cause de connections pas simple et la programmation de la radio sur le terrain (pas serieux mais merci Aubin), 1er lancer sans les appendices, un coup de trim a la profondeur et cela vole tout seul. Silencieux et magique, en particulier les passages en plané, tous feux dehors. Coté motorisation c’est léger, le moteur est capable d’absorber 600w, mais faute d’hélice adaptée on se contente de 300 et c’est pas top. Un changement d’accu avec un 45/90c et cela s’améliore mais on doit être aux alentours de 35A .

3m80 hors tout dans le noir .. Ah bon ?

La tempest est plus rapide de part sa masse très supérieure a la version motoplaneur light. Mais le vol est peut être plus agréable, plus tendu. Aucune difficulté pour visualiser le modèle grâce aux dessins différents intrados/extrados.

Retour sur terre, le dièdre inverse ne facilite pas les posés délicats, les saumons touchent forcement en premier.

Montage des lumignons et décollage… et centrage en vrac ! les appendices marginaux se plient vers l’arrière et decentrent totalement l’oiseau, a grand coup de trim profondeur le vol sera écourté, rien de catastrophique quand même, les exclamation du pilote sur la video sont éloquentes.

En vol, les 30w de leds sont éblouissants voire fatiguants visuellement pour le pilote, en particulier les leds blanches, les bleues sont plus douces et les rouges particulièrement visibles de très loin. Les essais continuent… show must go on

Bons vols.

MD

Tous droits réservés, textes et photos, duplication interdite sans autorisation écrite de l’auteur ©

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :