FUN CUB multiplex, (part 3 retour d’experience)

Nous y voici, après plusieurs mois d’utilisation du modèle  et les retours d’infos des clients Millenium, des dizaines d’accus rechargés, ou en sommes nous ? En premier lieu, pour une remise en memoire, relisez les 2 premieres parties de cet essai (Part 1 et Part 2) !

Le Funcub est un EasyCub à volets et ailerons. Ces volets améliorent considérablement le domaine de vol.

La motorisation proposée par Multiplex est inférieure à celle du combo MilleniumRc. Neanmoins, dans tous les cas, la fixation moteur pose problème. Des vibrations peuvent apparaître si le réglage des vis anticouple et piqueur n’est pas fait correctement, mais fixer un moteur capable d’accepter 500w par 2 vis M3 dans des supports en abs est plutôt léger. On ne peut que regretter que Multiplex écoute peu ses clients sur ce problème bien connu. Ou alors il faut se contenter d’une motorisation de 300W..et encore, ce qui serait dommage, on se priverait d’une partie diu domaine de vol.

Ce bati est le même que celui du Mentor comme de l’Easy cub. Memes causes mêmes effets ! bref le problème est connu, nous allons donc faire leur boulot… en renforçant par un tourillon bois ou un tube carbone le support moteur. Reliez les 2 cotés de ce support en insérant cette cale a l’arrière du bati ou insérez et collez une plaque de ctp de 20/10 horizontalement.

On peut aussi rigidifier en torsion le nez du fuselage comme pour le Cularis par insertion de joncs carbone (cf test blog) et cela n’empêche pas la plaque de ctp..

Le choix de l’hélice n’est pas anodin, une 12×6 denature le vol, le fun cub est trop rapide et se rapproche trop d’un trainer classique. Une 13×4 est plus adaptée pour un taux de montée impressionnant et une vitesse de vol plus faible mais l’effet de couple est bien là d’ou le renfort vivement conseillé du nez.

Pour faciliter le centrage du modèle en fonction de l’accu, il serait utile AVANT assemblage des 2 cotés du fuselage d’agrandir le logement vers l’arrière. C’est facile à dire maintenant… mais pour le prochain Fun Cub…

Pour les tringleries de cde des volets et ailerons, remplacez les par de vraies Cordes a piano de diamètre 1.5mm ou doublez « les bouts de fer »  fournis par un tube carbone pour éviter le flambage.

Le train d’atterrissage est souple, trop peut etre, il faut dire que l’amortissement des roues est nul. C’est la tige de 3mm qui doit faire le boulot et selon les atterrissages plus ou moins délicats, l’hélice en vient à toucher le sol.  Donc on peut adjoindre un élastique entre les 2 roues pour limiter le débattement.

il est souhaitable de limiter la souplesse du train

Points +

  • qualité des accessoires et de l’assemblage mais pour le bati moteur… faut voir
  • notice de construction claire et precise, redigée par un modeliste
  • volume intérieur disponible pour tout format d’accu, contrôleur, récepteur
  • look atypique style old timer, , belle présence en vol
  • volets efficaces, appareil joueur qui demande du pilotage….
  • pilotage 3 axes intéressant, domaine de vol étendu, des radadas à la voltige basique en passant par les dérapages ou des 360 à plat
  • solidité générale y compris des roues en mousse sur le bitume !

Points –

  • longerons en fibre de verre (poids, rigidité,  échardes(!)… )
  • conception du bati moteur a revoir
  • tringleries CAP (ou fil de fer ?) ailerons et volets trop souples
  • fléchissement exagéré du train principal
  • aspect de l’intrados laissant apparaître la tripaille
  • pas vraiment adapté à un débutant dans les basses vitesses, lacet inverse conséquent, pilotage 3 axes indispensable
  • accu de propulsion musclé, les 35A sont demandés assez souvent… et peuvent sauver le modèle
  • malgré sa taille, il y a peu de place pour positionner l’accu et centrer le modèle facilement

Bons vols

MD

mise à jour mars 2013

Tous droits reservés, textes et photos, duplication interdite sans autorisation écrite de l’auteur

Rappel de la méthode de Test MD :

La part 1 du test porte sur la construction du modèle en suivant scrupuleusement les indications du fabricant. Si je remarque une aberration dans l’assemblage ou un une erreur manifeste, j’effectue les modifs indispensables qui vous sont alors signifiées dans l’article.

La part 2 porte sur les premiers essais en vol, sur l’eau, les rigolos diront sous l’eau ou sous terre… dans les conditions météo du moment. je publierai un tableau de synthèse point positifs, points négatifs à l’issue des premiers vols et des premières impressions.

La part 3 est rédigée bien plus tard quand le modèle a évolué dans différentes conditions météo, est passé dans plusieurs mains et a volé une vingtaine d’heures. On vous fera remonter notre expérience terrain. J’en profiterai pour vous faire part de toutes les modifications visant à fiabiliser -si besoin était- le modèle.  Cette dernière partie  présentera un tableau de synthèse mis à jour.

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :