3D Buster de Telink, arthrose des pouces s’abstenir… (part 1 construction)

intro

Encore Telink ? après le yak55, voici leur dernière création, un biplan typé 3d en epp pour des évolutions musclées et no limit, le 3D Buster. Cette présentation s’adresse a des modélistes confirmés constructeurs de leur modele. j’apporte mes modifs et mes précisions à la notice papier fournie dans le kit. Mais sans dévoiler la suite, je ne regrette pas mon achat, mais alors vraiment pas…

 In the box

C’est un kit pas un artf, il y a un peu de travail d’assemblage et d’ajustage. Il y a tout dans ce kit, pièces en epp découpées et sérigraphiées, accastillage complet, joncs carbone etc. La notice en Anglais du 3D Buster est essentiellement illustrée. On notera des petites pièces usinées ans l’epoxy ou le ctp. On est pas chez MPX ou Graupner avec des pièces moulées, signe que les volumes ne sont pas les mêmes. Telink est un artisan donc fabrication en petite serie.

Montage

Outillage nécessaire : lame de scie a métaux, épingles, élastiques, cutter, cyano très fluide (5 centistokes) médium et épaisse (voir magasin Millenium), accélérateur BSI, Uhu Por ou colle contact pour EPP, epoxy 30minutes (Lidl). et secret de fabrication, bicarbonate de soude..pas pour les dents mais pour combler les joints de cyano et accélérer la prise !!! mais chut, MPX vend du Zacki filler qui y ressemble beaucoup.

Pour faire efficace, je vais vous commenter les dessins de la notice Telink 3D Buster et y apporter des précisions si besoin, par convention je les présente de gauche à droite et de haut en bas, on y va :

PAGE 2

1 : vous pouvez utiliser votre scie a chantourner plutôt que le cutter, c’est souvent plus propre dans les grandes épaisseurs que le cutter qui arrache des grains. J’ai ajouté des inserts en jonc carbone de 1mm dans le bord d’attaque de l’aile inférieure pour limiter les déchirements de l’epp. La saignée est faite a la lame de scie.

2 :avant de coller les 2 parties d’aile, insérez et collez (cyano fluide) les charnières en papier livrées après les avoir recoupées en 2 (image 5), on peut aussi utiliser du calque indéchirable.  Coller les demi ailes inférieures bien à plat.  Dans mon kit il y avait un écart de 1mm sur la corde, a vous d’adapter..

3 : j’ai pas trouvé le gabarit dans la boite, un couvercle de pot a confiture fera l’affaire, la aussi découpe à la scie à chantourner.

4 : collage aile sup

5 : les charnières sont déjà posées ! (étape P2.2)

PAGE 3

1: il y a 1 jonc par aile, à l’extrados de l’aile inférieure. La saignée au cutter doit être faite précisément sur 3 ou 4mm de profondeur, on insère a force le jonc et je colle ensuite tout le long à la cyano ultra fluide qui s’infiltre partout. Cette méthode ne convient que si vous en possédez ! sinon d’abord la colle par points puis insertion du jonc.

2: idem 1 pour l’aile supérieure, attention le jonc est à l’intrados

3: collage des « arrondis », ils sont trop long, veillez a les découper en fonction de leur deco. Collage ici à la UhuPor ou cyano et accélérateur et élastiques… Vous remarquerez une petite pièce plate d’epp, c’est le support de cabane. Il y a 2 repères sur le fuselage sous la forme de 2 encoches de 1mm, cela permet de caler la position du support cabane. Marquez les au feutre avant de coller les arrondis.

4: Le montage des longerons rigidifiant le fuselage est primordial. Collez d’abord le couple moteur à l’epoxy plutôt qu’a la cyano, collage plus souple et l’epoxy comblera plus facilement les aspérités de l’epp. Au préalable j’ai usiné le couple avec une fraise pour créer des aspérités sur le ctp.  ensuite dégraissage et collage.

5: Puis rainures pour les joncs, insertions et collage comme en P3.4

6: point délicat, le positionnement de la plaquette epoxy de guidage du train, de l’angle dépend l’inclinaison du train. Faites un montage à blanc avec les 2 plaquettes ctp et epoxy et vous verrez que la plaquette epoxy NE doit PAS être parallèle à la plaquette ctp ! sous peine d’insertion du train impossible. Le train tient par élasticité. pas simple

PAGE 4

1: collage de la plaque ctp a l’epoxy et insertion de plaquette epoxy puis insertion de cyano. Et là si la colle s’insere dans la fente de la plaquette epoxy, on a tout gagné, le train ne se montera pas !

2: c’est facile sur le dessin..

3: collage longeron bois dans le volet mobile de pf, insertion jonc carbone… vous savez comment faire maintenant. Ne collez pas encore les guignols, cela sera fait APRES l’installation des servos (P5.4)

4:  collage des fameuses charnières qui ont surtout pour objet d’éviter le déchirement de la charnière epp

5: idem P4.4

6: on oublie, la aussi montez d’abord le servo de dérive

7: collage du stab et dérive à la cyano (sans accélérateur) ou epoxy, inutile de vous raconter qu’il faut veiller à la perpendicularité de l’ensemble. le bout de jonc de 40mm a été remplacé par une roulette après 2 décollages sur bitume… limé le carbone.. Une roue mousse diamètre 20mm épaisseur 7 (roue de 15 recoupée) et 2 plats carbone ou ctp de 10 x 1 x 50mm

PAGE 5

1:  positionnez le rx derrière le bdf de l’aile. je n’ai pas fait de saignées latérales mais dans le dessous du fuselage. J’ai regroupé les + et – des 2 servos de pf et dérive, j’ai ainsi que 4 fils a cacher dans l’epp et quelques gr en moins.

2: positionnez les servos je les ai rendus démontables au cas ou… fixez maintenant les guignols dans les gouvernes.

3: respectez l’angle de 90° , ainsi au neutre le palonnier n’est pas perpendiculaire au boitier de servo

4: le collage des servos est éviter , ici l’image vous montre de la cyano qui pourrait s’infiltrer dans le servo ! gaffe

5: le plat carbone est a insère mais ici , pas de découpe au cutter mais faites une rainure à la scie à métaux sous peine de déformer le hauban lors de l’insertion du plat.

6: l’avant du hauban arrive en limite du longeron carbone. Le positionnement de la cabane est fait en fonction des fameuses encoches imperceptibles du fuselage repérées par vos soins

PAGE 6

1: collage aile inf attention a la mise en croix avec le stab, collage lent indispensable pour ajuster.

2/3/4/5: les haubans carbone traversent l’aile et la cabane de part en part, je coupe ensuite ce qui dépasse. le collage est plus résistant ainsi et les joncs sont largement assez long pour cela. Pour faciliter leur insertion dans la mousse, ils sont affutés à la meuleuse.

les haubans sont ensuite ligaturés (fil a coudre) à leur croisement, une goutte de colle et c’est réglé.

6: le montage de l’aile sup fait peur.. quid de l’incidence ? +1° par rapport à l’aile inf est la norme sur un biplan , ici ? il y est ? la souplesse de l’ensemble n’aide pas beaucoup. la cabane en epp a été « déformée  » pour mieux coller à l’intrados de l’aile supérieure.

7: servos collés a la colle chaude (pas de cyano) a défaut de les monter verticalement avec fixation par vis sur baguette bois comme pour les gouvernes de l’empennage. Notez les protection des servos en cas d’atterrissage sur le ventre .. sans train. Triangle de PVC 1mm inséré et collé.

PAGE 7

1: veillez au centrage des guignols. j’avais des doutes sur la fiabilité de ces petits guignols pour ces grandes gouvernes (idem YAK55) mais pas de soucis après 50 vols

2/3/4: confection et montage des cde ailerons, par pitié évitez le briquet pour la rétractation de la gaine thermo ! un decapeur thermique à 15 euros convient très bien.

5: ne découpez pas encore l’emplacement de l’accu. montez le moteur avec 4 vis a bois et un coup de vernis sur les têtes pour vérifier leur éventuel desserrage.

6 : j’ai monté le contrôleur au plus près du moteur et réduit les fils en conséquence, il génère des parasite, autant l’éloigner du rx au maximum. Pour l’équipement voir plus bas, mais que du top pas de chinoiseries à la hk

7: attention à la fente pratiquée verticalement au cutter sur le dessin, elle n’EST PAS perpendiculaire à la cap du train. il faut prévoir un angle pour qu’en vol le carénage de roue soit horizontal. Faites un montage a blanc du train dans le fuselage et regardez l’allure générale.

PAGE 8

1/2 : collage du carenage de roue et des habillages de jambes, le train reste démontable avec ses jambes et carenages. pour le sécuriser et surtout l’avir perdu plusieurs fois en vol sur des déclenchés violents, j’ai conçu une petite piece en alu de 2,5mm (tringle a rideau) fixée par une vis parker de 3mm dans la plaque ctp support de train.

3: OK pour les débattements (le max partout…) mais pas pour le centrage, je suis a 85 et peut aller à 90mm du ba de l’aile inferieure sans inconvenient. un centrage à 75mm entraine une forte corection à piquer sur le dos. A vous d’essayer mais l’ajustement se fera par la position de l’accu. Donc maintenant montez l’accu contre le fuselage et volez avant de faire le logement dans la mousse. Vous noterez que ce logement est au dessus de l’axe moteur pour equilibrer le train et le modele lateralement. C’est important pour des tonneaux concentriques.

C’est tout pour la construction qui aura duré une vingtaine d’heures (je suis pas rapide). Vous connaissez tous mes trucs et astuces, reste la partie électronique.

Equipement du 3D Buster

SACHANT  que la masse doit être la plus faible possible et la puissance suffisante pour un vol 3D, il va falloir des choix.

Sachant que je privilégie la qualité et le rendement, je préfère rouler en Mercedes qu’en XXXXX surtout en cas de rencontre inopinée avec un arbre qui traverserait la route, j’ai donc choisi et monté :

  • moteur Hacker A3028s ou Axi 2217 12 (70gr kv de 1100à 1300), écoutez les tourner, comparez a des turnigy….,
  • Hélice APC 10×4,7 ou 11×3,8 (fragiles mais meilleures que les hk sf marron lors des accélérations grace à une inertie plus faible)
  • ESC castle creations Thunderbird 36  pour un bec réel de 3A (mes 4 servos au sol consomment simultanément 1,6A). Le moteur consomme au sol en pointe 27A avec la 10×4,7. Eventuellement pour gagner 5gr un Phoenix 25 doit faire l’affaire.
  • servos, ah les servos… SAVOX 0257 partout, rapide, precis, coupleux, solides, des merveilles dans la catégorie et un prix raisonnable, ou un peu moins cher et moins rapide SAVOX 0350 (13gr) (voir dans le blog le billet sur la précision des servos). Le concepteur du 3D Buster IDO SEGUEV conseille des JR DS386 plus chers dans sa video de présentation du 3D Buster, moins rapides mais plus légers (12gr)… on a 2 Savox 350 pour un JR. Mais le malin IDO utilisait des SAVOX 1257MG ultra rapides  (oui des 1257 !) pour le tournoi EXFC et là on est a 30gr par servo et plus à 16…
  • le lipo, j’ai utilisé des nanotech 3s 1600 de 120gr 25-50c, le courant de 27A fait 17c et on ne reste jamais a fond plus de quelques secondes. Résultat au bout de 5 cycles, 2 accus sur 4 ont laché (pour être precis, 1 élément tombe en dessous de 2,5v lors de la décharge). A revoir, j’attends des RFI qui seraient de vrais 25C et avec une masse inférieure ! on verra
et pour la radio, une mx22 équipée frsky avec télémétrie avant l’installation de la Graupner HOTT très prometteuse.

Réglages atelier

  • Le cg indiqué est à parfaire, on peut le reculer de 10mm mini mais testez d’abord en fixant latéralement votre accu sur le flanc du fuselage
  • débattements conformes à la notice
  •  expo 50% sur tous les axes

masses :

Telink annonce de 595 à 645gr pour son 3D Buster. je suis à 620gr avec l’équipement ci-dessus. Pour atteindre moins de 595 gr il faut rogner sur les servos (Savox 0350) et sur l’accu de propulsion avec un 1200ma de 100gr au lieu des 1600 de 120gr que j’utilise.

Ma config a pour ratio w/kg : 500w/kg… pas de soucis pour le décollage

Synthèse 3D Buster (part 1)

Points +

  • fabrication Européenne
  • composants de qualité, découpes tres correctes
  • accessoires, quincaillerie,
  • décoration (affaire de gout)
  • originalité du modèle, on est loin du gemini mpx
  • epp… pour des contacts terrestres sans trop de risques
  • prix raisonnable, plus cher que du chinois, c’est sur mais la créativité a un cout

Points –

  • le calage des ailes approximatif, il manque des gabarits rigides pour le montage et le respect des incidences
  • quelques erreurs de dimensions pour le positionnement des guignols
  • demande un peu de concentration pour le montage, c’est pas du RTF

A suivre

bons vols

et en attendant…quelques images :

MD

mise à jour 30/05/2012

Tous droits réservés, textes et photos, duplication interdite sans autorisation écrite de l’auteur.

No commercial use or publication (e.g. on other www or ftp sites, print media) without the written consent from the author.

Rappel de la méthode de Test MD :

La part 1 du test porte sur la construction du modèle en suivant scrupuleusement les indications du fabricant. Si je remarque une aberration dans l’assemblage ou un une erreur manifeste, j’effectue les modifs indispensables qui vous sont alors signifiées dans l’article.

La part 2 porte sur les premiers essais en vol, sur l’eau, les rigolos diront sous l’eau ou sous terre… dans les conditions météo du moment. je publierai un tableau de synthèse point positifs, points négatifs à l’issue des premiers vols et des premières impressions.

La part 3 est rédigée bien plus tard quand le modèle a évolué dans différentes conditions météo, est passé dans plusieurs mains et a volé une vingtaine d’heures. On vous fera remonter notre expérience terrain. J’en profiterai pour vous faire part de toutes les modifications visant à fiabiliser -si besoin était- le modèle.  Cette dernière partie  présentera un tableau de synthèse mis à jour.

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :